top of page

REEFER TYM

"Je veux que ma musique apporte de l’énergie et de la confiance à la personne qui l’écoute"

Edmund Addo,

aussi connus sous le nom de Reefer Tym, est un artist ghanéen. 

La musique de Reefer Tym traite souvent de sujets comme le succès, l'amour, l'argent, et il dit avoir étais inspiré par des rappeurs comme Gucci Mane, Soulja Boy, Lil Wayne and Wale. 

Salut Reefer, merci de prendre le temps pour une interview avec nous, peux-tu te présenter ? 

Yo c’est Reefer Tym, le roi de la musique pop Africaine tout droit venu du Ghana en Afrique. 

reefer t2.jpg
reefer%20t_edited.jpg
Si “MiEL” était un son ?

Si MiEL était une musique, il s’agirait de Wiskolowiska en featuring avec Femi Johnson, c’est mon son préféré sur mon EP No Games.

D'où viens ton inspiration la plupart du temps ?

La plupart du temps, l’inspiration de ma musique provient de l’énergie et des ondes positives. 

Comment veux-tu que les gens se sentent après avoir écouter ta musique?

As tu un processus créatif, ou suis-tu ton inspiration comme elle vient ?

Je veux que ma musique apporte de l’énergie et de la confiance à la personne qui l’écoute. Comme lorsque ton égo te permet d’accomplir de grandes choses, c’est une motivation, je veux que ma musique apporte cette même motivation.

 

Pour moi, l’objectif derrière chaque chanson est différent,

sinon je ferai toujours la même chose.

Bien que chaque son a un objectif différent, je souhaite qu’il apporte des ondes positives. 

Quoique je dise dans mes chansons, ça doit être positif,

c’est une règle pour moi je ne peux pas chanter d’une manière négative. 

Peux-tu nous expliquer la vision de ton dernier projet 

 « NO GAMES »?

Tu sais la vision d’un EP se dessine une fois que l’EP est finit.

Pour No Games, j’avais enregistré tous les sons,

ils étaient prêts et masterisés avant que le concept de l’EP soit en place. 

 

Au moment de sa réalisation, j’étais sur le point d’arrêter ma carrière, je discutais avec mes proches et j’étais très émotionnel au sujet de ma musique car tu sais les gens te disent que tu n’y arriveras pas, que tu n’auras pas assez d’argent, que c’est difficile d’accéder aux radios et d’atteindre un plus grand public. J’avais tout essayé, dépenser des milliers et ça ne marchait pas alors j’étais sur le point de tout arrêter et quitter la musique. 

 

Alors au moment de cet EP je me suis dis, « No Games »

il faut que ça marche, que ça atteigne le top, ce n’est plus un jeu, je veux qu’on me prenne au sérieux. Et c’est devenu la vision de cet EP, de la positivité pour ceux qui écoutent mais pour moi c’était bien plus, il s’agissait d’un combat que je devais mener à bien de mon côté. Et au final je voulais que les auditeurs aient un produit finit plein de positivité qu’ils puissent apprécier. 

Idrissi Tarek: Traduction EN/FR

bottom of page